Accéder au contenu principal
homme retraité de dos

Retraite du dirigeant : légendes et réalités

La retraite du dirigeant d’entreprise fait l’objet de bon nombre de mythes et de légendes. Petit tour d’horizon des principales idées reçues sur ce sujet.

Quelques idées reçues...

  1. Je suis artisan / commerçant, j’aurais une petite retraite !

    FAUX

    Dans l’imaginaire collectif, les artisans / commerçants auraient une plus petite retraite que les salariés du régime général.

    Or depuis le 1er janvier 1973, la pension de retraite de base se calcule exactement comme dans le régime général, sur la base de 50 % d'un revenu annuel moyen calculés sur les 25 meilleures années. Seule différence : le régime de retraite complémentaire. Mais la retraite complémentaire, qui représente en moyenne 20% du total de la pension, ne justifie pas une telle légende. A revenu annuel moyen équivalent, l’écart est minime.

    La seule explication possible tient sans aucun doute au fait que les artisans et commerçants disposent de revenus qui peuvent varier fortement d’une année sur l’autre. Ainsi, à la fin de leur carrière, certaines mauvaises années peuvent rentrer en compte dans le calcul du revenu annuel moyen.

  2. En optant pour un statut cadre, j’aurai une meilleure retraite !

    FAUX

    Comme nous venons de le voir, la légende voudrait que le salarié dispose d’une meilleure retraite qu’un travailleur indépendant. Et dans la famille des salariés, il existerait une catégorie particulièrement vernie : les cadres !

    Si cela a pu être vrai à l’époque où les cadres cotisaient à une caisse de retraite complémentaire qui leur était propre (l’AGIRC), cet avantage a disparu le 1er janvier 2019 avec la fusion de l’AGIRC et de l’ARCO. Pour un cadre qui n’a pas cotisé à l’AGIRC avant cette date, le montant de la pension est donc désormais le même que pour un non cadre (à revenu annuel moyen équivalent).

    Des exceptions peuvent néanmoins exister dans le cas d’entreprises ayant mis en place des contrats de retraite facultatifs destinés aux cadres.

     

  3. En augmentant ma rémunération les dernières années de ma carrière, j’aurai une meilleure retraite

    VRAI & FAUX

    Encore une fois, lorsque l’on comprend le mécanisme de calcul de la retraite la moyenne, on comprend également que le poids d’une seule année est très faible à l’échelle des 25 meilleures années. Ainsi l’impact de l’augmentation du revenu au cours des dernières années entraine (dans de nombreux cas) une augmentation minime de la pension (voire pas d’augmentation du tout si l’assuré dispose déjà de 25 très bonnes années).

    Cet impact peut toutefois être plus important si l’assuré a cotisé de nombreuses années sur une faible base.

    Des outils d’aide à la décision existent pour vous guider.

  4. Placer de l’argent sur mon contrat retraite facultatif (PER ou Madelin) me permet de mettre de côté pour ma retraite tout en faisant des économies

    VRAI & FAUX

    Les contrats de retraite facultatifs sont très répandus chez les travailleurs indépendants, mais rares sont les épargnants qui prennent le temps d’en mesurer précisément l’intérêt.

    Tout d’abord, il faut savoir que, si les sommes versées sont la plupart du temps déductibles des revenus imposables du chef d’entreprise, elles sont cependant soumises à cotisations sociales (SSI ou autre). Ainsi, le chef d’entreprise paye des charges sur un revenu qu’il ne perçoit pas. Pire, certains épargnants souscrivent à ce type de contrat alors qu’ils ne sont pas (ou peu) imposables.

    Enfin, si le versement sur ce type de contrat a fait l’objet d’une déduction fiscale, la rente ou le capital perçu en phase de retraite est en contrepartie fiscalisé. Il faut donc que le chef d’entreprise subisse une perte de revenu en phase de retraite suffisamment importante qui abaissera sa tranche marginale d’imposition, pour que ce placement génère de réelles économies. Dans le cas inverse, il s’agit uniquement de différer le versement de l’impôt.

Jean-Sébastien Bottineau

Jean-Sébastien Bottineau

Responsable d'équipe conseil Cerfrance BFC

Encore + d'articles ? C'est ici...

La nouvelle loi « Partage de la valeur » : contrainte ou opportunité ?

À compter du 1er janvier 2025, les entreprises employant plus de 10 salariés seront...
Lire l'article

Retraite du dirigeant légendes et réalités

La retraite du dirigeant d’entreprise fait l’objet de bon nombre de mythes et de...
Lire l'article

Micro entrepreneur : faut-il passer au régime réel ?

« Je ne sais pas si je vais avoir beaucoup de clients. » « J’attends de voir si...
Lire l'article

Fiscalité du véhicule de tourisme

Le véhicule du chef d’entreprise est un poste de coût important dans l’entreprise...
Lire l'article

Financement des investissements : emprunt ou crédit-bail ?

L’emprunt et le crédit-bail sont deux modes de financement possibles pour une entreprise,...
Lire l'article

Recouvrement à l’amiable d’une créance pour le compte d’autrui

Lorsqu’une relance simple n’a pas permis de recouvrer une créance, avant d’entamer...
Lire l'article

Comprendre le fonctionnement et l'utilité du compte d'associé

Découvrez le rôle essentiel du compte courant d’associé dans la gestion financière...
Lire l'article

Devenir artisan : conditions, démarches et bénéfices de la qualité "Artisan"

Le guide complet pour devenir artisan et réussir dans l'artisanat !
Lire l'article

Factures impayées : délai de prescription ?

En cas de facture impayée, les professionnels doivent engager une action en justice...
Lire l'article

Chèque sans provision : quels sont les recours ?

Un chèque sans provision, ou souvent appelé « chèque en bois », est un chèque qui...
Lire l'article